RESTO POP THÉRÈSE-DE BLAINVILLE

Cultive-Toit

Jardin sur le toit du Resto Pop


Cultive-Toit, un jardin urbain plus grand que nature


 
Le projet Cultive-Toit, créé en 2013, consiste à élaborer un jardin sur le toit du restaurant. Il a la particularité de réunir horticulture urbaine, formation, cuisine et développement durable. En 2014, la superficie du jardin a été doublée afin de multiplier les types de culture et les apprentissages.

Une cinquantaine de variétés de légumes, herbes et fleurs comestibles y sont cultivées. En cuisine, ces produits frais ajoutent une touche de couleur, de saveur et de santé aux plats servis à la clientèle. Des tisanes et fruisanes sont également préparées. Elles offrent une belle occasion de transmettre les bienfaits des plantes à travers de simples infusions savoureuses.

 

Jardin sur le toit du Resto Pop>> Tisanes et Herbes du jardin Cultive-Toit

En 2016, nous avons créé notre gamme de produits exclusifs sous l’appellation « Tisanes et Herbes du jardin Cultive-Toit ». Grâce au séchage artisanal des produits cultivés, nous avons élaboré 6 recettes de tisanes et 13 variétés de fines herbes pour la vente au détail, contribuant ainsi à notre autofinancement.

 

>> Un projet collectif

C’est grâce à l’expertise d’une étudiante en technologie de la production horticole et de l’environnement, ainsi que la collaboration du département d’agriculture et d’horticulture du Collège Lionel-Groulx, du Centre de formation agricole de Mirabel et du Centre du jardin Dion que le toit vert a été réalisé cette année.

De plus, grâce à des composteurs offerts par la Ville de Sainte-Thérèse, les résidus végétaux occasionnés par la transformation alimentaire des denrées utilisées au Resto Pop servent à faire du compost. Ce compost est ensuite réutilisé pour le jardin, permettant ainsi une éventuelle autonomie de production.
 

>> Développement durable: un gage pour l’avenir

Toutes ces réalisations s’ajoutent aux bienfaits incontestés des toits verts en milieu urbain. Notons l’économie d’énergie, la réduction des îlots de chaleur et des gaz à effet de serre. Par conséquent, l’amélioration de la qualité de l’air contribue ainsi à une meilleure santé collective.

Le projet s’appuie les principes du développement durable et sur une vision à long terme qui prend en compte le caractère indissociable des dimensions environnementale, sociale et économique des activités de développement.